Dispositif femmes victimes de violences, «Maison Pour Elles »

Une maison pour ELLES

Cette maison accueille 9 ménages composés de 9 femmes et 6 enfants. Chacune dispose d’une chambre individuelle et partage les sanitaires, le salon et la cuisine avec les co-hébergés.

Afin de garantir leur sécurité, les femmes sont domiciliées à Eragny, et peuvent contacter un cadre d’astreinte 7 jours sur 7 et toutes les nuits en vue d’une éventuelle intervention.

La structure accueille des femmes victimes de violences et dont la fuite du domicile devient une urgence. Dès lors, ce n’est pas la question du logement qui les conduit à la « maison pour elles ».

Durant l’année 2018, deux ménages sont sortis de la structure. Il s’agit pour les deux cas de femmes avec un enfant. La première est partie volontairement dans le but de retourner dans son pays d’origine. La seconde a pu être réorientée en C.H.R.S. afin de bénéficier d’un accompagnement plus adapté et dans le cadre de son parcours d’insertion.

Nous accueillons principalement des femmes avec enfant :

  • Durée de séjour moyenne des personnes présentes ( en mois) : 26.37 mois
  • Durée de séjour moyenne des personnes sorties : 26 mois

La moyenne d’âge du public accueilli est assez jeune. En effet, sur les vingt personnes accueillies en 2018, neuf avaient entre 25 et 59 ans. Une personne avait entre 18 et 24 ans, et une autre plus de 60 ans.

Parmi les enfants, la moyenne d’âge était plus équilibrée. Cinq enfants avaient entre 3 et 17 ans, et quatre avaient moins de trois ans.

L’accompagnement social

L’équipe est composée d’une travailleuse sociale, une maitresse de maison et des agents d’entretien. L’équipe éducative est encadrée par un chef de service et un directeur opérationnel.

La travailleuse sociale propose un accompagnement social global ayant pour finalité l’insertion, sociale et vers le logement. Elle s’adapte aux besoins des personnes accueillies et les problématiques rencontrées. Ainsi, l’accompagnement se met en place à l’accueil de la personne sur la structure d’hébergement, jusqu’à la sortie (réorientation vers un dispositif plus adapté ou relogement). Généralement, cela passe, après un diagnostic social, par l’écoute, l’orientation vers les organismes adaptés ou des partenaires, l’information, la médiation… La personne peut être soutenue dans ses démarches administratives, ses ouvertures de droits, la parentalité, l’accès à l’emploi… La travailleuse sociale s’adapte au parcours, à la personnalité et aux capacités de la personne et vise l’autonomie de celle-ci.

Les personnes accueillies sont rencontrées au cours d’entretiens hebdomadaires. Cependant, là encore, il s’agit de s’adapter aux besoins (démarches particulières, évolution de la situation…).

Perspectives 2019 pour la maison pour Elles

En 2018, un groupe de parole animé par deux professionnelles de la PMI (une conseillère conjugale et une sage-femme) s’est mis en place, dans le but d’aborder différentes thématiques. Celles-ci tournaient autour de la relation (à l’autre, à soi), la communication, dans une optique de respect mutuel, et de convivialité au sein du collectif.

Par ailleurs, il s’agissait de pouvoir travailler collectivement sur des aspects plus personnels (culture, corps, féminité, sexualité, parentalité). L’objectif sous-jacent de cette action était par ailleurs d’amener les femmes vers l’extérieur en leur faisant connaître un lieu ressource tel que la PMI, et les amener à un accompagnement psychologique individuel si besoin.

Plusieurs temps en groupe ont été réalisés. La participation des femmes était uniforme.

Ainsi, dans la même optique, ces groupes de paroles se poursuivent en 2019.

La journée des droits de la femme (8 Mars) étant un moment idéal pour valoriser les parcours des personnes accueillies et mettre en avant leurs potentialités, une action de sensibilisation sera mise en place.

Afin de toujours mieux accompagner les personnes accueillies et en lien avec les problématiques rencontrées et le projet de la structure, l’équipe éducative souhaite mettre en place des permanences tenues par un psychologue. Ce projet n’a pu aboutir jusqu’à présent faute de moyens suffisants.

Par ailleurs, pour permettre aux femmes accueillies d’oublier un temps leurs difficultés et s’accorder un moment d’évasion, l’équipe travaille sur la mise en place d’actions ciblées sur le bien-être, notamment l’intervention d’une socio-esthéticienne.

En effet, pour ce public accueilli, ce type d’action peut amener à une meilleure confiance en soi, une meilleure estime de soi, souvent perdues.

Enfin, pour améliorer les conditions d’accueil sur cette structure, un travail sur l’aménagement (mobilier) et la décoration en lien avec le service bâtiment de l’association doit être fait au cours du premier trimestre 2019.

Générer une action à définir avec une URL